loader image
 

Merzouga

Pour une expérience inoubliable

Petite ville marocaine située dans le désert du Sahara, près de la frontière algérienne, Merzouga attire chaque année, de plus en plus de touristes en période hivernale. Bien que les températures y soient assez basses en cette période, un nombre considérable de touristes venus des quatre coins du monde s’y rend pour les fêtes de fins d’années.

Pourquoi cette petite ville séduit particulièrement en hiver ? Hespress FR s’est rendu au cœur des dunes de Merzouga et son Erg Chebbi, pour répondre à cette question. Reportage.

Nous sommes à l’entrée de la ville de Merzouga. Après une route sans fin, on s’arrête dans un petit village où tout est calme, presque feutré. C’est en avançant près des commerces que le silence se brise, entre ronflements de moteurs, et cris de guides touristiques qui s’arrachent des visiteurs venus de partout.

Derrière des maisons et des auberges couleur ocre, on voit des dunes à perte de vue, appelés des « Erg », dont le fameux Erg Chebbi, l’une des deux grandes dunes du Sahara.

Pour y accéder, les touristes ont trois choix : à pieds, sur un dromadaire, ou en 4×4. La plupart opte pour celui sur un dromadaire : avantage, on se fatigue moins, on vit une expérience plus agréable, et ça coûte moins cher qu’à bord d’un véhicule.

C’est le cas de Julia et Mateo, un jeune couple allemand venu passer des vacances à Merzouga. « C’est ma première fois au Maroc. C’est des amis qui nous ont conseillé de venir vivre cette expérience, comme vous le savez il fait très froid en Allemagne et nous avions besoin d’une destination moins froide et surtout de voir une nature différente de celle qu’on a en Europe », nous confie Julia. « Nous avons choisi la ballade sur des dromadaires parce que c’est en quelques sortes folkloriques, ça fait partie du jeu », a-t-elle ajouté.

Merzouga est aussi une destination à choix multiples en termes de prix, pour y passer la nuit, les touristes ont deux choix : celui entre un bivouac traditionnel dans lequel une nuit coûte à peu près 600 dirhams par personne, et un bivouac de luxe qui coûte 2000 et 3000 dirhams la nuit. Entre ces deux choix, il y a plusieurs différences, dont le confort. Les bivouacs les plus chers sont en général constitués de tentes plus ou moins raffinées, ou plus ou moins éloignés dans les dunes.

Rachid, jeune homme de 26 ans, est gérant de bivouacs en plein désert, abordé par notre rédaction il a accepté de nous en dire plus. « C’est la haute saison. Ici on trouve plus de touristes qu’en été. Ils viennent pendant tout le mois de décembre, surtout pendant les trois derniers jours du mois. On reçoit beaucoup de Marocains aussi. Pour les prix on s’arrange avec tout le monde, et la plupart du temps les gens trouvent que nos prix sont très corrects, pour 600 dirhams, ils font un trajet sur des dromadaires, ont droit à un dîner et un petit déjeuner, et une animation autour d’un feu de camp », nous explique-t-il.

« Passer les fêtes de fin d’année autour d’un sapin est devenu une routine annuelle ennuyante »

Pour Marie et Pauline, deux amies françaises, vivre cette expérience en fin d’année est une question de routine. « Passer les fêtes de fin d’année autour d’un sapin est devenu une routine annuelle ennuyante. Cette année on a choisi de faire les choses autrement. On s’est dit pourquoi attendre l’été pour un voyage au Maroc, et surtout dans le désert. Nous avons fait nos réservations sur internet, et la vérité on ne le regrette pas. Rien que le coucher de soleil est à couper le souffle », nous confie Pauline.

Sa copine Marie, elle, est surprise par le fait de voir des douches et des toilettes dans les bivouacs. « Je pensais qu’on allait vivre deux nuits comme des nomades, mais il y a tout ici, des douches et des toilettes. Accueil, décorations, repas traditionnels, fraicheur, tout est magnifique », estime-t-elle.

L’hiver a ses avantages

Si beaucoup de touristes choisissent la période d’hiver pour se rendre dans le désert marocain, c’est parce que cette saison a aussi ses avantages. En effet, le soleil n’émerge pas avant 8h, ce qui rend le réveil plus agréable qu’en saison chaude.

De plus, la fraîcheur nocturne s’oublie vite après quelques minutes de marche sur les dunes. « Pour être honnête, la nuit on a eu du mal à dormir, il faisait très froid, mais il suffit de bien se couvrir pour régler le problème », a lancé Marie.

« En journée, la température remonte au fur et à mesure jusqu’à vingt-cinq degrés, ce qui nous garantit de la fraîcheur pendant de longues heures de marche », a-t-elle ajouté.

Au Maroc, Merzouga n’est pas le seul endroit pour vivre cette expérience. Dans la région de Zagora d’autres touristes choisissent de traverser M’hamid El Ghizlane pour vivre une expérience similaire, mais plus difficile : celle de l’Erg Chegaga.

Alors que les possibilités d’hébergement sont les mêmes, l’accès est lui, plus difficile. L’excursion se fait en deux heures en 4X4, ce qui la rend quasi-impossible sur un dromadaire ou à pied.

Photo gallery

Our deals for Merzouga